Catégories
Accueil AutresActualites

Réunion de l’Assemblée des Évêques orthodoxes de France — le 24 novembre 2022

Jeudi dernier, 24 novembre, s’est tenue à Paris une nouvelle réunion de l’Assemblée des Evêques Orthodoxes de France. Ces réunions sont à nouveau régulières, et permettent aux évêques d’aborder ensemble de nombreux sujets d’intérêt commun concernant la vie des communautés orthodoxes présentes dans notre pays. Vous trouverez ici le communiqué publié à l’issue de cette rencontre.

Le métropolite Dimitrios (Patriarcat de Constantinople) au centre entouré à sa droite par le métropolite Ignace (Patriarcat d’Antioche), le métropolite Joseph et l’évêque Marc (Patriarcat de Roumanie), à sa gauche le métropolite Jean, l’évêque Syméon et l’évêque Élisée (Archevêché des églises de tradition russe en Europe occidentale – Patriarcat de Moscou).

Catégories
Accueil AutresActualites conference

Rencontres Saint-Stéphane 22-23 La pensée positive

La pensée positive selon saint Porphyre, saint Païsios et le starets Thadée de M. J-C Larcher

Ci-dessous la vidéo conférence en La pensée positive selon saint Porphyre, saint Païsios et le starets Thadée donnée sans le cadre des Rencontres Saint-Stéphane le mardi 8 novembre 2022 .

M. Jean-Claude Larcher, docteur en philosophie et théologie

Catégories
Accueil AutresActualites

17e congrès de la Fraternité

Congrès de la Fraternité – petit « billet d’ambiance »

Le XVIIe congrès de la Fraternité en Europe occidentale s’est tenu du 29 octobre au 1er novembre 2022 à Merville (59). Deux cents orthodoxes se sont retrouvés avec le thème « L’Église, espace de liberté? » pour réfléchir pendant ces 4 jours. Nous vous proposons ci-dessous le récit personnel d’un congressiste.

Métropolite Dimitrios de France et le clergé lors de la divine liturgie du mardi 1er novembre.

On le dit souvent, chaque congrès orthodoxe apporte avant tout la joie de se retrouver, de se rencontrer. Ce XVIIe congrès à Merville n’a pas failli à sa mission, et il l’a même parfaitement accomplie: cette plaine des Flandres n’a pas été celle de Waterloo !

Je dirais même, pour ma part, qu’il est allé au delà de mes espérances, en m’apportant vraiment un réconfort tant attendu. Dieu sait – et Il en a tenu compte – à quel point nous en avons tous besoin, dans la situation de souffrance que nous connaissons actuellement. Mais il y a également une sorte de paradoxe, en ce sens où c’était aussi le congrès où les « troupes » étaient les moins nombreuses: deux cents participants. Alors, on se pose des questions: Est-ce le dernier carré ? Est-ce la vieille garde qui meurt mais ne se rend pas ? Je ne pense pas que la garde, vielle ou jeune, ait pour vocation de mourir dans l’immédiat ! Mais d’autres questions suivent: que gardons nous ? Et surtout: qui nous garde ?

Tous, nous recherchons la paix, sans esprit de démission ou de compromission. Tous, nous recherchons l’unité, comme remède à nos divisions, qui sont l’œuvre du plus grand diviseur, qui s’en est donné à cœur-joie durant ces quatre dernières années ! Mais le remède est là. Et comme le rappelle fort justement l’affiche de ce XVIIe congrès: « les congrès culminent avec la célébration commune de l’Eucharistie ». C’est elle la source unique de toute véritable unité, qui nous permet de passer d’une âme révoltée et tourmentée à un cœur pacifié.

Mais n’attendons pas non plus que la paix revienne pour envisager la réconciliation. Et si nous agissions dans l’ordre inverse ? C’est à dire en recherchant d’abord, par anticipation, en esprit, la réconciliation. Et alors, la véritable paix nous sera donnée par surcroît. Ce n’est pas pour rien si les Évangiles nous disent: « Va d’abord te réconcilier avec ton frère ».

Quant à cette unité si précieuse, si essentielle, si nous voulons la garder, nous devons l’actualiser sans cesse. Pensons que c’est le Christ lui-même qui en est la source. Alors nous pouvons être convaincus que cette unité là, rien ni personne ne pourra jamais la détruire.

Yves Pointurier