« Notre mission est d’offrir les moyens d’apaiser les souffrances du monde. »

Patriarche Bartholomée lors de son discours

Discours prononcés par le patriarche Bartholomée et le métropolite Dimitrios à l’issue de la doxologie à la cathédrale, mardi 23 avril

À l’issue de la doxologie présidée par le patriarche Bartholomée à la cathédrale Saint-Stéphane, le métropolite Dimitrios a accueilli le patriarche lors d’un discours dont nous vous proposons ci-dessous quelques extraits :

Nous vous accueillons une nouvelle fois, Toute-Sainteté, en cette cathédrale de Saint-Stéphane, avec une joie toute particulière. Nous rendons grâce au Seigneur pour l’honneur que vous nous faites de visiter en ce temps de grand carême les orthodoxes de France afin de les encourager par votre exemple et vos paroles à poursuivre le combat du jeûne et de la prière (…) La sainte Métropole de France tente à son modeste niveau de témoigner des priorités de votre patriarcat. J’en vois au moins trois majeures qu’il convient de souligner aujourd’hui, à savoir : la foi, l’unité et la liberté. (…) Je disais la foi, car vous êtes avant tout un homme qui a dédié toute sa vie au service du Christ et de son Église. Je pense que ce qui caractérise avec le plus de spécificité votre ministère est l’interdépendance que vous manifestez entre la foi et les œuvres (…) L’unité est certainement une autre de vos priorités. Du dialogue œcuménique au dialogue interreligieux, en passant par la responsabilité de l’Église Mère de Constantinople à l’égard de l’unité de l’orthodoxie tout entière, vous n’avez eu de cesse de créer les conditions permettant la construction de ponts durables au sein et vers l’extérieur du monde orthodoxe (…) La question ukrainienne nous mène finalement à notre dernier point, celui de la liberté. (…) Nous vous accueillons ce soir avec joie et honneur. Nous nous confions à vos saintes prières, tout en vous remerciant de votre présence parmi nous à quelques semaines de la célébration de la fête des fêtes, la Résurrection du Christ vainqueur de la mort.

Le patriarche Bartholomée a répondu, en grec et en français, à ce discours de bienvenue. Nous vous proposons également quelques extraits de son intervention :

Nous voudrions tout d’abord exprimer notre gratitude pour l’accueil qui nous est fait aujourd’hui en la cathédrale Saint-Stéphane de Paris, siège de la sainte Métropole de France. (…) Nous tenons à remercier tout particulièrement son Éminence le Métropolite Dimitrios de France qui, depuis ces trois dernières années, n’a eu de cesse d’aller à la rencontre de toutes ses communautés au sein de la Métropole grec-orthodoxe de France et du Vicariat Sainte-Marie-de-Paris et Saint-Alexis-d’Ugine. (…) Cette force qui est la nôtre et que nous puisons au plus profond de notre foi, nous permet de naviguer entre les difficultés et les souffrances de notre monde contemporain. En tant que chrétiens orthodoxes, notre mission est d’offrir les moyens d’apaiser les souffrances du monde. Car la création tout entière continue de ployer sous le poids de la chute.

Citant les textes du Concile de Crète, le patriarche a rappelé que :

« La véritable paix n’est pas obtenue par la force des armes, mais uniquement par l’amour qui ‘ne cherche pas son intérêt’ (I Co 13, 5). Le baume de la foi doit servir à panser et à guérir les plaies anciennes d’autrui et non pas à raviver de nouveaux foyers de haine. » (…) Aussi, nous comptons avant tout sur la jeunesse pour porter ces idéaux spirituels, car elle aspire avec une honnêteté exemplaire à la paix et à la justice. C’est ce qui nous permet de croire que les difficultés d’aujourd’hui seront très vite dépassées par cette nouvelle génération. En ce sens, l’effort de son Éminence le Métropolite Dimitrios de France est parfaitement juste en soutenant l’organisation des « Journées de la Jeunesse Orthodoxe ». (…) Tout en vous remerciant de la bonté de votre accueil, nous vous encourageons à continuer avec persévérance et courage l’œuvre ecclésiale commune que vous bâtissez tous ensemble, évêques, clercs et laïcs de France afin de témoigner de la richesse de l’orthodoxie et de la tradition spirituelle unique dont elle est porteuse.
Que Dieu vous bénisse !